DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Clearstream : Jacques Chirac riposte contre "la dictature de la rumeur"

Vous lisez:

Affaire Clearstream : Jacques Chirac riposte contre "la dictature de la rumeur"

Taille du texte Aa Aa

Alors que le feuilleton Clearstream continue à éclabousser le sommet de l’Etat, le président français contre attaque. Comptes occultes, enquêtes secrètes, guerre de succession, Jacques Chirac a réagi pour la première fois ce matin : “la République, ce n’est pas la dictature de la rumeur, la dictature de la calomnie, a expliqué Jacques Chirac. La République, c’est la loi. La justice est saisie. Elle doit faire tout son travail : établir les faits, tous les faits, et dire le droit.”

Il faut dire que cette fois, c’est lui qui est visé : un compte secret au Japon, selon le Canard Enchaîné… faux, assure l’Elysée. Ce qui est certain, le scandale vise aussi cet homme, Jean-Louis Gergorin, un proche de Dominique de Villepin, peut-être le corbeau qui a ouvert la boite de Pandore, déchargé en tous cas de ses fonctions de vice-président du groupe EADS “pour préparer sa défense”. Si cette fausse liste voulait plomber des réputations à commencer par celle du turbulent ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, elle est dévastatrice pour le Premier ministre. Même si Jacques Chirac lui a renouvelé sa confiance ce matin, les bruits sur le départ de Dominique de Villepin vont bon train. Pressée, elle, l’opposition de gauche s’apprête à déposer une motion de censure.