DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La nationalisation des hydrocarbures au coeur du bras de fer entre la Bolivie et l'Europe

Vous lisez:

La nationalisation des hydrocarbures au coeur du bras de fer entre la Bolivie et l'Europe

Taille du texte Aa Aa

L’ouverture du sommet Union européenne-Amérique Latine marquée par un sérieux couac entre la Bolivie et l’Europe. La présidence autrichienne demande à La Paz de clarifier les conséquences de sa nationalisation du secteur des hydrocarbures.

Un peu plus tôt, le président Evo Morales avait indiqué que les compagnies étrangères ne seraient pas “indemnisées” car elles pourront récupérer leurs investissements. Elles ont 180 jours pour revoir les conditions de commercialisation du gaz. Pour Evo Morales, il s’agit d’une décision souveraine, elle n’a pas à recevoir l’accord de tiers :

“Si les peuples indigènes sont arrivés là où ils sont, où moi je suis arrivé en tant que président, ce ne pas pour se venger de quelqu’un. Je suis la pour
porter espoir à mon peuple, particulièrement pour défendre les peuples historiquement marginalisés, humiliés, haïs, rejetés et même menacés d’extinction”

Premier résultat concret de ce sommet: l’Union européenne et l’Amérique centrale vont négocier un accord de libre-échange. Il concerne le Costa-Rica,
le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, Panama et le Salvador.

Ce sommet est avant tout une prise de contacts et devrait permettre unen meilleure compréhension entre les deux continents.