DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise du vin et de l'eau minérale entre la Géorgie et la Russie prend un tournant politique

Vous lisez:

La crise du vin et de l'eau minérale entre la Géorgie et la Russie prend un tournant politique

Taille du texte Aa Aa

Devant l’ambassade russe à Tbilissi, la capitale géorgienne, plusieurs jeunes militants ont mené ce jeudi une action de protestation contre l’interdiction de Moscou d’importer vins et eaux minérales en provenance de Géorgie.

Dans le même temps, dans la capitale russe, des proches de l’opposition se sont “empoisonnés” en public, en buvant de l’eau minérale et du vin géorgiens. Pour la plupart, cette dégustation qui avait lieu devant le ministère de la Santé s’est terminée au poste de police. La Russie mène-t-elle une campagne pour sanctionner la politique pro-occidentale de l’ancienne République soviétique ? C’est en tout cas ce qu’ont essayé de dire les manifestants. Pour eux, l’embargo russe serait en réalité beaucoup plus politique que sanitaire. Officiellement, les autorités russes ont interdit en mars dernier l’importation et la vente de vins géorgiens, parce qu’ils contiennent des pesticides dangereux pour la santé. Et en avril, elles ont affirmé que l’eau minérale en provenance du même pays ne respectait pas les règles en matière d‘étiquetage. Cette crise commence à se ressentir de plus en plus dans l‘économie de la Géorgie, où la viticulture est très importante, puisque l’Etat exporte 85% de sa production de vin.