DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le sommet de Vienne a débuté entre les représentants des pays latino-américains, de la zone caraïbes et de l'Union européenne

Vous lisez:

Le sommet de Vienne a débuté entre les représentants des pays latino-américains, de la zone caraïbes et de l'Union européenne

Taille du texte Aa Aa

Benita Ferrero Waldner : Commissaire européenne aux relations extérieures a confié ses impressions à Euronews alors que ce sommet conçu pour améliorer les relations commerciales entre ses participants, arrive à un moment oú les divisions sont croissantes en Amérique du sud : la nationalisation du gaz bolivien étant le dernier exemple en date.

EURONEWS: “Commissaire, bienvenue sur EuroNews. Le sommet de Vienne entre l’Amerique Latine, les Caraibes et l’UE sera particulièrement important surtout à cause des tensions existant entre quelques pays d’Amerique Latine et quelques pays d’Europe. Quelles solutions voyez-vous à ces tensions” ?

Mme FERRERO WALDNER:
“Tout d’abord, l’Amérique Latine a un grand potentiel et à chaque sommet nous essayons de developper encore plus ce potentiel. De facon generale on a deja dit qu’on voulait renforcer le dialogue politique mais pendant le sommet de Vienne on veut parler ouvertement de douze sujets très importants. Parmi ces sujets il y a : la cohésion sociale, la question de l’intégration régionale, mais aussi le multilatéralisme ou bien encore la lutte contre la drogue et contre le terrorisme, pour ne citer que quelques un de ces sujets.

EURONEWS: “Vous avez mentionné douze points, entre autres, la cohésion sociale, le multilatéralisme et la lutte contre la drogue. Le premier est important parce que le “populisme” c’est un problème de cohésion sociale. Par rapport a la lutte contre la drogue, on sait que l’Union européenne a fait des compromis pour éradiquer ce fleau ET pas seulement en Amerique Latine. Et enfin : le multilatéralisme, surtout en ce qui concerne les relations avec les Etats Unis. Pensez vous franchement que l’on peut apporter des solutions à tous ces points au cours du sommet de Vienne “? Mme FERRERO WALDNER: “Je pense que oui, au moins dans les grandes lignes. Par exemple, la Démocratie, qui est un sujet qui nous importe tant … L’Amérique latine a avancé beaucoup en terme de democratie et, même s’il y a quelques gouvernements peut etre plus populistes ils sont tous dans un cadre democratique.. C’est ça le plus important”. EURONEWS: Mais, il y a des préoccupations sur ce qui se passe dans certains pays surtout à l’interieur du pacte Andin, dites-moi si je me trompe..Je pense par exemple à la position prise par le Venezuela est particulière non ? .. Mme FERRERO WALDNER: “Nous on veut écouter et, effectivement, comme j’ai deja dit, la démocratie c’est pour nous tres important. Cette democratie peut etre vecue de differentes façons. Nous, ce que nous voulons c’est voir comment on peut aborder certains sujets et comment leur apporter une solution. Bien sûr on veut savoir comment le Président vénézuélien Chavez et aussi le Président Morales en Bolivie pensent s’y prendre pour effectuer la nationalisation qu’ils ont décidée. La nationalisation c’est un droit souverain de chaque pays… quoique les investisseurs peuvent perdre la confiance et le manque de confiance peut se traduire finalement par un problème pour le pays. Sans doute, tout cela sera-t-il mis sur la table à Vienne mais aussi dans les differentes réunions bi-latérales qui auront lieu en marge du sommet”. EURONEWS: “Quand on parle de l’Amerique Latine, c’est impossible de ne pas parler des Etats Unis. Comment voyez vous le futur en Amérique Latine? Plutot en coopération avec les Etats Unis ou plûtot en concurrence politique avec les Etats Unis “?

Mme FERRERO WALDNER
“D’un coté, on coopère avec les Etats Unis dans beaucoup de sujets. De l’autre, on essaie de travailler et coopérer avec les pays latinoaméricains de façon étroite; de travailler avec les différentes possibilites que nous offrent les relations bi-régionales. C’est comme ça d’ailleurs que l’on fait avec le Pacte Andin… après, bien sur, ça depend aussi des differents pays de la région : sont-ils prêts ou pas ? Nous, nous sommes ouverts mais tout depend d’eux”.

EURONEWS: “Depuis un point de vue politique, le Bresil represente une garantie pour l’Union Europeenne, mais ce n’est pas le cas d’un point de vue comercial et economique. Par exemple il y a eu des tensions principalement dans le domaine agricole. Mme FERRERO WALDNER: “On a deja vu comment le President Lula et le President Kirshner ont poursuivi les conversations avec le Président Morales l’autre jour à Iguazu et je pense que ce dialogue peut continuer à Vienne. Ca me semble fondamental, tres bon, très positif. Nous défendons nos intérêts mais en même temps on veut aller vers plus de services, plus de liberalisation de produits industriels, plus de liberalisation de nos produits agricoles en reduisant les subventions. Mais ça on doit le faire dans le cadre de négociations avec le MERCOSUR et en même temps à l’intérieur du cycle commercial de Doha.