DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les questions énergétiques empoisonnent le sommet Union européenne-Amérique Latine

Vous lisez:

Les questions énergétiques empoisonnent le sommet Union européenne-Amérique Latine

Taille du texte Aa Aa

Mais cette militante de Greenpeace, reine du carnaval argentin, a su capter l’attention des dirigeants et faire passer son message de défense de l’environnement.

Un peu plus tôt Evo Morales, le président bolivien a tenté de calmer le jeu. Il s’est engagé à garantir aux compagnies étrangères “une sécurité juridique vraie et durable” après avoir annoncé la veille qu’elles ne seraient pas indemnisées suite aux nationalisations. Il a reçu le soutien du président vénézuélien Hugo Chavez: “Il faut l’appuyer. Evo est en train d’accomplir le mandat que son peuple lui a donné, c’est ça la démocratie. Evo est en train de faire ce que Zapatero a fait avec beaucoup de dignité: il avait promis pendant la campagne électorale de retirer les troupes espagnoles d’Irak, et il l’a fait. Evo avait promis de nationaliser les hydrocarbures et il le fait. Il faut l’applaudir !”.

La présidence autrichienne de l’Union a elle aussi émis des critiques. Le chancelier Wolfang Shüssel demande aujourd’hui des garanties pour les investisseurs. “Vous avez besoin d’un investissement énorme dit-il. Des milliards, des centaines de milliards de dollars ou d’euros doivent être investis pour assurer la sécurité pour les consommateurs, les marchés et les compagnies. La question est simple: voulons-nous des investissements étrangers directs, oui ou non ? Si oui, vous devez rassurer les investisseurs.”

Pour autant, dans la déclaration commune du sommet, les Européens reconnaissent “ le droit souverain des pays à gérer et réguler leurs ressources naturelles.”