DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de suicide assisté ni d'euthanasie au Royaume-Uni pour le moment

Vous lisez:

Pas de suicide assisté ni d'euthanasie au Royaume-Uni pour le moment

Taille du texte Aa Aa

Les parlementaires ont décidé de reporter de six mois l’examen d’un texte très controversé. La proposition de loi vise à permettre aux médecins de prescrire aux patients qui le souhaitent des médicaments pour qu’ils puissent mettre fin à leurs jours. Pour l’heure, aider un patient à mourir est passible de quatorze ans de prison au Royaume-Uni.

A la Chambre des Lords, l’ancien avocat spécialisé dans les droits de l’Homme, Joel Joffe, a défendu le texte dont il est l’initiateur : “Nous ne pouvons pas rester assis et attendre avec complaisance que des malades en phase terminale qui souffrent de façon insupportable continuent de souffrir pour le bien de la société dans son ensemble.” Le débat s’est étendu bien au-delà des Lords. Malades et handicapés se sont déplacés pour donner leur opinion. Par exemple, cette femme n’y est pas favorable : “Je ne compte plus le nombre de fois où les médecins m’ont dit que c‘était le début de la fin pour moi. Et lors de toutes ces occasions, selon les termes de cette loi, j’aurais été considérée en phase terminale.” Le gouvernement est resté en retrait dans ce débat, qui mobilise non seulement les élus mais aussi les associations de malades et les églises. Certains préconisent les soins palliatifs comme alternative à l’euthanasie. Une étude récente estime que près de 3 000 Britanniques ont été aidés à mourir par leur médecins en 2004.