DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour l'ETA la balle est désormais dans le camp de Madrid... et de Paris

Vous lisez:

Pour l'ETA la balle est désormais dans le camp de Madrid... et de Paris

Taille du texte Aa Aa

L’ETA est fermement décidé à aller au bout du processus de paix au Pays Basque. C’est ce qui ressort d’une longue interview donnée par deux dirigeants de l’organisation séparatiste au journal indépendantiste Gara. Toutefois, ils conditionnent la réussite du processus à un accord sur la territorialité et l’auto-détermination. L’ETA a décrété un “cessez-le-feu permanent” le 22 mars dernier et estime que désormais c’est à Madrid de faire un geste. Le gouvernement ne veut pas commenter l’interview, Maria-Teresa Fernandez : “La paix n’a pas de raccourcis, ni de détours, et il n’y a aucun prix politique à payer, jamais…, c’est un processus que l’on va parcourir, le chemin est tracé. C’est le chemin que nous indique l’Etat de droit, notre système. Ce sont les règles du jeu démocratique et il ne faut jamais oublier les victimes”.

L’organisation séparatiste basque presse également la France de s’impliquer dans le processus de paix et exhorte Paris à cesser de considérer le conflit basque comme une question interne à l’Espagne. L’ETA défend depuis 40 ans l’auto-détermination d’un grand pays basque partagé entre l’Espagne et la France. Pendant ces quatre décennies de campagne terroriste, 800 personnes ont trouvé la mort . L’ETA demande le transfert dans des prisons basques de ses quelques 680 membres détenus en Espagne et en France et exige à terme leur amnistie.