DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gouvernement Prodi, des hommes d'expérience

Vous lisez:

Gouvernement Prodi, des hommes d'expérience

Taille du texte Aa Aa

Massimo d’Alema, c’est le vice-Premier ministre et chef de la diplomatie. Le nom du président des Démocrates de gauche, ex membre du parti communiste avait circulé ces dernières semaines pour la présidence de la république. Massimo d’Alema, journaliste et politicien de 57 ans, est un habitué du pouvoir. Président du Conseil d’octobre 98 à avril 2000, il avait engagé alors l’Italie au Kosovo aux côtés des Etats-Unis. Aux affaires étrangères cette fois, un gros dossier l’attend, le retour d’Irak du contingent italien.

Lui aussi a été Premier ministre de l’Italie deux fois, à 10 ans d’intervalle. Giuliano Amato, un proche de Romano Prodi, est le nouveau ministre de l’Intérieur. Cet ancien membre du défunt parti socialiste italien, fut le dernier chef du gouvernement italien de gauche avant l’arrivée au pouvoir de Berlusconi. Il a été aussi président de la convention européenne de 2002 à juin 2003.

Tommaso Padoa-Schioppa, nouveau ministre de l’Economie et des Finances, européen convaincu, a été choisi pour rassurer Bruxelles et les marchés financiers sur la capacité de l’Italie à assainir ses finances. Fervent partisan de l’euro, fort d’une triple expérience au sein de la commission européenne, de la banque d’Italie et de la Banque centrale européenne, l‘économiste jouit d’une réputation de grand technicien.

Enfin, aux Affaires européennes, voici la députée européenne Emma Bonino. Elle aurait préféré le portefeuille de la Défense. Mais son soutien à l’intervention italienne en Irak a déplu à certains partis de la coalition. L’Europe et l’international forment pourtant son terrain de prédilection. Commissaire européenne de 94 à 99, elle dirigeait en 2005, la mission d’observation européenne des élections afghanes.