DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gros temps sur la pêche en Europe

Vous lisez:

Gros temps sur la pêche en Europe

Taille du texte Aa Aa

Les Vingt-Cinq doivent se mettre d’accord sur le nouveau cadre de financement de la pêche. Un cadre plus restrictif qu’auparavant. Entre janvier prochain et 2013, 3,8 milliards d’euros seront consacrés au secteur. Le tout est de s’entendre sur la façon de les dépenser. La Commission européenne a annoncé la couleur : terminé la surexploitation. Le Fonds Européen pour la Pêche doit servir à assurer une pêche durable. A la table des ministres, deux camps s’opposent. D’un côté, les pays méditerranéens où le secteur pèse lourd, et qui veulent préserver un maximum d’aides européennes. De l’autre, les pays du nord, qui entendent laisser jouer la concurrence tout en ménageant les stocks de poissons.

Déjà affaiblis, les pêcheurs européens ont subi la houleuse flambée des prix du pétrole, qui plombe les coûts de production. Bruxelles veut bien tolérer des aides au coup par coup pour venir en aide à ceux qui frisent la banqueroute, mais sur le principe de fonds, pas de reflux possible. L’argent communautaire doit servir à soutenir des techniques de pêche moins destructrices, à développer l’aquaculture, à diversifier les activités économiques dans les régions côtières et à moderniser les bateaux, en les équipant par exemple de moteurs moins gourmands en carburant, mais en aucun cas à en construire de nouveaux, restructuration oblige. La Commission pousse aussi pour que les zones de pêche élargissent leur industrie à la transformation du poisson. Une porte de sortie pour les pêcheurs les plus vulnérables.