DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Près de 1600 Africains ont rejoint ces derniers jours les côtes européennes

Vous lisez:

Près de 1600 Africains ont rejoint ces derniers jours les côtes européennes

Taille du texte Aa Aa

Un flux d’immigrés clandestins que l’Union a du mal à contrôler. Ce qui pousse Bruxelles à coordonner les efforts des 25.

En Sicile, les centres d’accueil, qui ne disposent que d’une centaine de lits, sont débordés. 330 clandestins interpellés sont entassés dans ce camp de fortune avant d‘être relâchés.

Selon Guilhem Molinie, membre de Médecin sans Frontières “On ne peut pas traiter de problème de ce petit village de Sicile. C’est un problème européen. Nous devons faire pression pour obtenir une politique européenne qui permette d’accueillir ces personnes de façon descente.”

Actuellement, les îles espagnoles des Canaries et celle italienne de Lampedusa sont les principaux points d’accès à l’Europe pour les candidats à l’immigration venus d’Afrique.

Jusqu‘à présent, chaque Etat membre réglait le problème de son côté.

En France, par exemple, le ministre de l’Intèrieur, qui était en voyage au Mali la semaine dernière, prône une loi privilégiant une immigration “choisie”. Nicolas Sarkozy souhaite renforcer les contrôles et multiplier les rapatriements.

De son côté, l’Espagne a choisi de régulariser
des dizaines de milliers de sans papiers. Et dans le cadre du “plan Afrique” le n°2 de la diplomatie espagnole, Bernadino Leon, supervise la création de patrouille mixte avec les autorités mauritaniennes notament.

Un plan-test pour l’Union européenne qui prévoit, notamment, de débloquer 100 millions d’euros d’aide aux réfugiés.

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega : “Ce n’est pas seulement le problème de l’Espagne, c’est le problème de l’Europe. C’est pour cela que nous devons agir ensemble. Nous devons aborder la question de l’immigration sous différents angles : sécurité, développement, et coopération. Nous devons également réguler ce flux.”

L’exemple des centaines d’immigrés clandestins abandonnés par le Maroc en plein désert, après avoir été expulsés des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla souligne le besoin d’un projet concret des 25. L’immigration fera l’objet conférence europe-africaine les 10 et 11 juillet à Rabat.