DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Irak , le massacre de Haditha éclabousse l'armée américaine

Vous lisez:

En Irak , le massacre de Haditha éclabousse l'armée américaine

Taille du texte Aa Aa

Le massacre des civils de Haditha en novembre dernier emporte l’armée américaine dans un scandale plus grave que celui d’Abu Graib.
D’autant qu’une enquête du Pentagone, presque bouclée, pourrait confirmer que les faits tels qu’ils se sont produits ont été délibérément maquillés par les marines concernés et leur hiérarchie immédiate. Elle établirait que le 19 novembre 2005, 24 civils ont été tués par un petit groupe de marines au cours d’une opération qui aurait duré près de 5 heures.

La vérité a fait surface notamment grâce à une vidéo tournée par un jeune survivant du massacre et remis au Time magazine au mois de mars. Elle montre que les victimes, dont des femmes et des enfants appartenant à deux familles ont été assassinés chez elles de sang froid. Cinq hommes ont été abattus près d’un taxi. Selon la première version officielle, une bombe contre une patrouille américaine a causé la mort du marine Miguel Terrazos et d’une quinzaine de civils. Ensuite une deuxième version officielle a affirmé que les civils sont morts lors du feu croisé entre la patrouille et les attaquants… Les victimes sont considérées comme des “dommages collatéraux”. Ce ne sera qu’après les révélations de la presse que les plus hauts responsables militaires lanceront une enquête.

Tous les indices semblent confirmer la faute de l’armée dans cette affaire, de quoi mettre en colère l‘élu démocrate, John Murtha : “Nous ne savons jusqu’ou il faut remonter dans la chaîne de décision, s’il faut aller jusqu’au général Pace. Quand a-t-il été informé? A-t-il ordonné qu’on étouffe l’affaire? Je suis sûr qu’il ne l’a pas fait , mais alors qui a dit : on ne va pas en parler, on ne va pas même pas faire d’enquête?”

En Irak, le massacre de Haditha porte un nouveau coup à la présence des troupes américaines. Pour les associations de défense des droits de l’homme il s’agit bel et bien d’un crime de guerre.