DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ilham Aliyev, président d'Azerbaïdjan

Vous lisez:

Ilham Aliyev, président d'Azerbaïdjan

Taille du texte Aa Aa

Ilham Aliyev était à Paris cette semaine pour participer à l’assemblée parlementaire de l’OTAN.
L’occasion, pour le Président de l’Azerbaïdjan, de rappeler la contribution de son pays aux opérations de l’Alliance atlantique. Mais aussi d‘évoquer la délicate question du Nagorno Karabakh, une enclave arménienne qui s’est auto-proclamée indépendante.
Ilham Aliyev a d’autre part souligné les réformes en cours en Azerbaïdjan en vue de libéraliser et diversifier une économie essentiellement pétrolière. Autant de thèmes qu’ils a abordés au micro d’Euronews.

Euronews

Monsieur le Président, bienvenue à Euronews. L’information court que l’oléoduc Baku-Tbilisi-Djeikhan sera opérationnel au mois de septembre. Quels changements va-t-il apporter sur la carte énergétique européenne et mondiale?

Président Aliyev

Il a un impact économique énorme que l’Azerbaïdjan ressent déjà. Cela nous a apporté des milliards de dollars en investissements. C’est aussi une occasion pour l’Azerbaïdjan de faire transporter son pétrole sur les marchés mondiaux. Jusqu‘à aujourd’hui, notre système de transports permettait d’acheminer le pétrole seulement dans le bassin de la Mer Noire. La sortie du pétrole caspien dans la Méditerranée – c’est un évènement historique. Evidemment cela aura pour conséquence le développement de la coopération régionale, le renforcement des positions de l’Azerbaïdjan – des positions économiques mais aussi des positions politiques et cela pour les années à venir, et le développement stable de notre pays va être assuré pour des décennies.

Euronews

Selon certaines informations, les Etats Unis veulent marquer leur présence militaire en Azerbaïdjan – dans le ciel comme sur les bords de la Caspienne. Comment qualifieriez vous ces informations et quelles sont vos relations avec Washington?

Président Aliyev

Nos relations se développent d’une façon très dynamique. Les relations entre les USA et l’Azerbaïdjan sont des relations entre partenaires stratégiques. Nous collaborons dans plusieurs domaines – dans le domaine économique, bien sûr, ou encore énergétique, on travaille sur les mesures de renforcement de la sécurité dans la région, sur le développement des processus de la démocratisation de notre pays et de la région. Nous collaborons aussi dans le domaine militaire. Notre coopération, donc, est très variée. En ce qui concerne la présence militaire d’un état étranger sur le territoire d’Azerbaïdjan – cette question n’est pas à l’ordre du jour.

Euronews

Il y a 12 jours au sommet du GUAM, une organisation formée par la Géorgie, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et la Moldavie, vous avez déclaré que cette union ne s’oppose pas à Moscou. Qu’est-ce que représente alors cette union? Quels changements dans le soit-disant “espace post soviétique” reflète-elle ?

Président Aliyev

Toute adhésion dans les organisations internationales est dictée, comme pour n’importe quel autre pays, par le respect maximal de nos intérêts. Dans ce cas particulier, il existe déjà entre les pays – membres du GUAM – des projets régionaux très importants. Ces projets sont en cours de réalisation et si on concentre nos efforts communs sur les questions économiques, énergétiques et sur les questions du transport tout le monde va en profiter. Les affirmations qui tendent à prouver que cette union est dirigée contre quelqu’un sont non fondées. L’Azerbaïdjan n’a jamais fait partie des organisations dirigées contre qui que ce soit. Et nous n’avons pas de telles intentions pour l’avenir. Nos relations avec la Russie sont sur la bonne voie, et nous en sommes très satisfaits. Nous considérons que cela est parfaitement dans les intérêts de nos deux pays.

Euronews

Certains observateurs disent que le problème de l’intégrité territoriale est commun à tous les pays de GUAM. Pour l’Azerbaïdjan c’est le problème du Haut Karabakh. Quelle est selon vous la solution à ce problème?

Président Aliyev

Il y a une part de vrai dans cette affirmation – en effet, toutes les situations du conflit de l’espace post-soviétique se passent dans les pays du GUAM- Le Haut Karabakh – et le territoire azerbaïdjanais -du point de vue économique et juridique. Et l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan est reconnue par l’ONU, par tous les pays, sauf l’Arménie, qui a entrepris une agression contre notre pays. A la suite de cette agression et de la politique de purification ethnique, plus d’un million d’azerbaïdjanais sont devenus réfugiés. C’est une catastrophe humanitaire énorme. C’est un acte intolérable de l’occupation du territoire d’autrui et évidemment l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan doit être reconstituée sans aucune condition préalable.

Euronews

En septembre dernier, Chypre a bloqué la participation de l’Azerbaïdjan dans le programme “L’Europe élargie -nouveau voisinage”. Pourquoi? Et quelle sont vos relations avec Bruxelles?

Président Aliyev

Nous avons de très bonnes relations avec tous les pays de l’Union européenne, et avec les pays les plus grands en premier lieu. En ce qui concerne les tentatives de bloquer l’Azerbaïdjan – ces tentatives-là sont sans effet. Il est impossible de bloquer notre pays, car il est impossible de bloquer les ressources énergétiques. C’est la raison pour laquelle je pense que les réticences particulières de certains pays, les réticences non fondées, ne doivent pas empêcher notre coopération. De notre coopération avec l’Union européenne, les deux parties sortent gagnants, l‘élargissement de cette coopération est profitable aussi bien pour l’Azerbaïdjan que pour l’Union européenne. Il est important pour UE également d’avoir l’Azerbaïdjan parmi ses partenaires et amis fidèles.

Euronews

Merci beaucoup, Monsieur le Président.

Président Aliyev

Merci beaucoup.