DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Timor oriental : situation toujours chaotique

Vous lisez:

Timor oriental : situation toujours chaotique

Taille du texte Aa Aa

Rien n’arrête plus ces pilleurs à Dili. Ils profitent encore du chaos provoqué par les violences qui ont à nouveau secoué la capitale du Timor oriental lundi. Des affrontements entre bandes rivales à coups de cocktails Molotov, de jets de pierre ou d’incendies volontaires. Déjà une vingtaine de victimes depuis le début de la crise il y a plus d’un mois, des centaines de blessés, et des dégâts matériels très importants.

Raison de ces affrontements: des tensions ethniques entre Timorais de l’est et de l’ouest mais aussi des dissensions au sein même de l’armée. Le pouvoir politique reste pour le moment impuissant. Le Parlement s’est bien réuni pour étudier la situation. Mais seuls 50 députés étaient présents, les autres ayant fui la capitale, terrorisés par les violences. Une nouvelle réunion est malgré tout prévue ce mardi. Pour tenter de réguler la situation, un contingent de plus de 2000 militaires est sur place. Des Australiens, des Malaisiens et des Néo-Zélandais rejoints dimanche par une centaine de gendarmes portugais. Canberra a lancé un appel aux pays d’Asie pour renforcer cette force d intervention. Mais ces derniers attendent un mandat des Nations Unies pour agir. Il faudra en tout cas faire vite. Pour l’heure, seule la capitale est touchée mais les agences humanitaires redoutent que la violence ne gagne les camps de réfugiés qui accueillent aujourd’hui près de 100 000 personnes.