DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: des manoeuvres militaires très politisées

Vous lisez:

Ukraine: des manoeuvres militaires très politisées

Taille du texte Aa Aa

Les protestations anti-OTAN pourraient nuire au projet du président Viktor Iouchtchenko de faire adhérer l’Ukraine à l’Alliance atlantique. Un objectif qu’il s’est fixé malgré l’hostilité d’une grande partie de la population notamment en Crimée.

Mardi, emboîtant le pas aux conseils municipaux de la péninsule, le Parlement de la République autonome de Crimée a voté à une écrasante majorité une déclaration faisant de la région une zone interdite à l’OTAN. Dans le même temps les députés ont exigé l’annulation de ces manoeuvres militaires.

Le président Iouchtchenko a aussitôt réagi, relativisant la portée d’un tel geste de défiance :
“C’est un vote politique qui n’apporte aucun changement dans les principes et dans les dispositions qui règlent les relations entre l’Ukraine et l’OTAN.”

La polémique a débuté la semaine dernière. L’arrivée en Crimée d’un navire américain et de centaines de Marines pour préparer des manoeuvres conjointes avec l’Ukraine a provoqué une tempête. Vendredi, les manifestants ont remporté une victoire : ils ont réussi à chasser un groupe de Marines installés à Alushta. Ces derniers ont dû se rabattre sur le port de Féodosia.

Des manoeuvres navales en mer Noire, il y en a pourtant chaque année depuis 1997. Il s’agit d’exercices conjoints de l’OTAN avec d’anciens membres du pacte de Varsovie dans le cadre du programme de coopération “Partenariat pour la paix”.
Cette fois, l’Alliance n’est pas présente. Il s’agit en fait de manoeuvres bilatérales entre les Etats-Unis et l’Ukraine et qui sont ouvertes à d’autres pays alliés.

Les protestations qu’elles ont suscitées cette année s’expliquent par un contexte politique tendu. Les législatives de mars dernier ont mis en évidence la division du pays entre pro-occidentaux et pro-russes. Ces derniers sont majoritaires en Crimée où plus de la moitié de la population est russophone. Sébastopole est d’ailleurs toujours le port d’attache de la flotte russe de la mer Noire.