DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Regain de tension sur les marchés pétroliers

Vous lisez:

Regain de tension sur les marchés pétroliers

Taille du texte Aa Aa

Les courtiers doutent des effets stabilisateurs de la mort du chef d’Al-Qaïda en Irak et restent sceptiques quant à une résolution pacifique de la crise nucléaire iranienne.

Le manque de capacité de production et le manque d’investissement dans des unités de raffinage font monter les prix du baril, Christophe de Margerie, vice-président de Total:

“Il y a à la fois assez de pétrole pour faire face à la demande, mais il n’y a pas assez de capacité de production disponible pour couvrir ce qui pourrait apparaître comme un risque majeur dans un certain nombre de pays producteurs, et tant que nous restons dans cette situation, c’est à dire avec une demande forte et des capacités de production dirons-nous “limites” par rapport à ce qu’elles doivent couvrir, nous resterons dans un régime de prix du pétrole élevé”.

Et effectivement en six mois le prix du baril est passé en moyenne de 55 à 70 dollars.

L’Irak, qui possède d’importantes réserves pétrolières, en raison de capacités de production limitées par un manque d’investissement, peine à pomper deux millions de barils par jour, contre une production de plus de 2,5 millions avant son invasion par les forces américano-britanniques en mars 2003.