DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Choc et indignation après les premiers suicides à Guantanamo

Vous lisez:

Choc et indignation après les premiers suicides à Guantanamo

Taille du texte Aa Aa

Les premiers suicides au camp de Guantanamo ravivent les critiques de traitements inhumains et illégaux. Trois prisonniers, deux Saoudiens et un Yéménite, se sont pendus ce samedi, d’après les autorités américaines. Ce sont les premiers morts signalés à Guantanamo depuis l’ouverture du centre en 2002. Pendant des années, les tentatives de suicide et les grèves de la faim n’ont pas cessé. Les familles des Saoudiens, elles, ne croient pas au suicide. Une enquête a été ouverte. Pour l’ ancien détenu britannique de Guantanamo Shafiq Rasoul, l’acte des 3 détenus “vient du désespoir. Cela vient du fait que chaque jour vous ne savez pas ce qui va vous arriver, du fait qu’on vous répète que vous êtes un terroriste alors que vous savez que vous n’avez rien fait de mal. J’ai pensé moi aussi au suicide. Mais j’ai été plus fort parce que j’avais ma famille et je ne voulais pas partir de cette façon.”

Le président américain a exprimé sa profonde inquiétude, d’après son porte-parole. Un contre-amiral américain a estimé que le suicide des 3 prisonniers étaient des “actes de guerre” et non des actes de désespoir. De quoi faire bondir Shami Chakrabarti, de l’association de défense des droits civiques Liberty : “ça traduit un manque total de compassion. Ces remarques sont dangereusement incendiaires. Nous savons qu’une vie sans espoir est pratiquemment insupportable.” Le camp de Guantanamo abrite environ 460 terroristes étrangers présumés, arrêtes pour la plupart en afghanistan en 2001. Seuls 10 hommes ont été inculpés.La Cour suprême américaine doit bientôt rendre une décision sur les tribunaux militaires d’exception instaurés par Bush pour jugés ces prisonniers.