DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pêche à la baleine : le moratoire "plus nécessaire"

Vous lisez:

Pêche à la baleine : le moratoire "plus nécessaire"

Taille du texte Aa Aa

Chasser ou non la baleine, c’est tout l’enjeu de la réunion annuelle de la Commission baleinière internationale, la CBI, qui se tient à saint- Christophe et Nieves, dans les Caraibes.

Et en faisant passer une résolution ne jugeant “plus nécessaire” le moratoire en vigueur depuis 20 ans le Japon vient de remporter une victoire symbolique dans la bataille pour la reprise de la pêche commerciale. Avec lui, l’Islande ou la Norvège veulent la fin du moratoire et la reprise de la pêche. Eux continuent à prélèver environ 2000 baleines par an. En face, les “gros” opposants : Australie, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Brésil et Grande-Bretagne.

Officiellement, les Japonais observent le moratoire et justifient leur pêche au titre de la recherche scientifique. Ils dénoncent l’hypocrisie de l’autre camps : “A chaque fois que je demande pour quoi les baleines ne font pas l’objet des mêmes traitements appliqués aux autres animaux, il n’y a aucune réponse claire, mon explication c’est la pression émotionnelle des opinions publiques de nombreux pays. Il est peut-être temps de regarder les choses plus sérieusement”.

Le japon ne cache pas ses ambitions commerciales. Résolution en poche, il espère démontrer très vite la montée en force des pays en faveur de la levée du moratoire, pour laquelle la majorité des deux-tiers est requise.

Les écologistes et les défenseurs du moratoire essuient là leur plus grosse défaite en 20 ans de lutte pour dénoncer le scandale des pratiques de pêche japonaises, jugées honteuses.

Les grands pays chasseurs leur répondent que certaines espèces ne sont plus en danger d’extinction, les petits pays des Caraïbes qui les ont rallié mettent en avant la survie de leur population.