DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Commission pour une réforme radicale du secteur vinicole

Vous lisez:

La Commission pour une réforme radicale du secteur vinicole

Taille du texte Aa Aa

Un marché européen du vin moins gourmand en subventions, voire moins traditionnaliste. C’est ce à quoi trinque la commissaire européenne à l’Agriculture. Mariann Fischer Boel doit présenter ce jeudi son projet de réforme du secteur vinicole. Objectif : éliminer la surproduction et contre-attaquer face à la concurrence des vins du “Nouveau Monde”.
Chaque année, l’Union européenne consacre 1,3 milliards d’euros au secteur. Et une bonne partie de ces subventions sert à gérer la surproduction, qui atteindrait 15 millions d’hectolitres annuels. Une partie du surplus est stockée, le reste distillé. Pour limiter le gâchis, la Commission propose des solutions radicales. Exemple : subventionner l’arrachage de 400.000 hectares de vignes au cours des cinq prochaines années. La distillation et le stockage cesseraient aussi d‘être subventionnés depuis Bruxelles. Quant aux règles d‘étiquetage, elles seraient simplifiées, quitte à éliminer au passage quelques appellations et indications d’origine géographique. Forcément, les puristes n’apprécient pas. Mais pour la Commission, c’est là la seule façon de défendre la première place mondiale de l’Europe.