DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Villepin sur la sellette dans son propre camp

Vous lisez:

Villepin sur la sellette dans son propre camp

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre français s’est emporté hier à l’Assemblée quand François Hollande l’a interpellé sur la crise à EADS. Le chef de l’opposition a demandé implicitement sa démission : “Pas de confiance dans le pays, pas de confiance dans la majorité, pas de confiance dans la presse. Dans une démocratie digne de ce nom, le chef de l’Etat ou le Parlement auraient mis fin à cette situation”, lance François Hollande.

Ni le premier secrétaire du Parti socialiste, ni même les parlementaires de la majorité ne s’attendaient à cette réponse de Dominique de Villepin qui a provoqué émoi et colère : “Je dénonce, monsieur Hollande, la facilité. Et je dirai même en vous regardant la lâcheté, la lâcheté qu’il y a dans votre attitude. Je le redis la lâcheté”, s’exclame Dominique de Villepin devant une Assemblée sous le choc… Des parlementaires socialistes se sont précipités au pied des tribunes en criant démission. Au sein même de l’UMP, parti au pouvoir, quelques réactions vives : celle de Pierre Lellouche, député UMP qui bredouille : “moi en tant que député, je ne suis pas fier de ce que j’ai vécu là”. Ou encore Christine Boutin, députée UMP qui estime qu’“il faut que le Premier ministre s’en aille”. La gauche et l’UDF réclament des élections anticipées. François Hollande exige que le président Jacques Chirac tire les conclusions de cet incident et demande les excuses du Premier ministre.