DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une fragile coalition gouvernementale s'organise sur fond de crise énergétique

Vous lisez:

Une fragile coalition gouvernementale s'organise sur fond de crise énergétique

Taille du texte Aa Aa

Près de trois mois après les élections législatives, les trois partis à l’origine de la révolution orange ont fini par s’entendre. Les socialistes, le parti présidentiel “Notre Ukraine” et le Bloc Ioulia Timochenko ont trente jours pour former un cabinet que la pasionaria ukrainienne devrait diriger.

Cette “coalition orange” a bataillé ferme pour garder le pouvoir. La principale formation d’opposition pro-russe dirigée par Viktor Ianoukovich était en effet arrivée en tête du scrutin légisaltif. Le président ukrainien n’en reste pas moins optimiste : “Nous sommes parvenus à un accord mais soyez patients. Après tout, c’est la première fois, en 15 ans de vie politique ukrainienne, que nous essayons de former une majorité parlementaire capable de faire avancer les choses”, souligne Viktor Iouchtchenko. De son côté, la probable futur Premier ministre ukrainienne n’attend pas d‘être nommée pour faire trembler Russes et Européens. Ioulia Timochenko a promis hier de remettre en cause les accords gaziers qui lient Kiev au fournisseur russe Gazprom. “La déclaration de Madame Timochenko concernant la révision des accords gaziers avec la Russie a de quoi alarmer l’Europe. Je vous rappelle, explique Sergueï Kouprianov, porte-parole de Gazprom, qu’une partie de l’accord signé en janvier inclut le transit du gaz européen par le territoire ukrainien”. Au début de l’année, la facture de gaz ukrainienne est passée de 50 à 95 dollars les 1000 mètres cubes. Un tarif qui reste avantageux pour l’ancienne république soviétique mais l’accord arrive à son terme et Ioulia Timochenko compte faire baisser ce prix. Un nouveau bras de fer s’annonce entre Kiev et Moscou. Bataille dont l’Europe risque de faire les frais. 80% du gaz russe destinés aux consommateurs européens passe par l’Ukraine.