DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fin de la campagne pour le référendum constitutionnel en Italie

Vous lisez:

Fin de la campagne pour le référendum constitutionnel en Italie

Taille du texte Aa Aa

Oui ou Non à la réforme de la constitution en Italie, les électeurs de la péninsule sont appelés à se prononcer ce dimanche et lundi. Cette réforme avait été voulue par Silvio Berlusconi, du temps où il était au pouvoir. Soumis au vote populaire, ce texte est, en revanche, contesté par le nouveau président du Conseil, Romano Prodi, et par sa coalition de gauche, qui appellent à voter Non.

D’après le chef du gouvernement, “cette réforme réduit les pouvoirs de la cour constitutionnelle, elle instaure une confusion sur le pouvoir de la Chambre des députés et du Sénat, et enfin, elle réduit considérablement le rôle du président de la République”. “Cela empêcherait le pays de fonctionner”, estime alors Romano Prodi. Cette réforme constitutionnelle, si elle est approuvée par les électeurs, serait la plus importante depuis 1948. Pour Silvio Berlusconi, il faut voter Oui. “Depuis 25 ou 30 ans, explique-t-il, tout le monde dit qu’il faut changer la constitution, mais personne n’y est arrivé. Notre gouvernement est le premier à y être parvenu. On a été au pouvoir pendant cinq ans, et on a réussi à produire une réforme organique et complète pour moderniser l’Etat.” L’incertitude porte sur le taux de participation à ce référendum. C’est la troisième fois en moins de trois mois que les Italiens sont appelés aux urnes. Mais cette fois, la campagne électorale n’a visiblement pas soulevé beaucoup d’enthousiasme.