DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Janez Jansa : premier ministre de Slovénie

Vous lisez:

Janez Jansa : premier ministre de Slovénie

Taille du texte Aa Aa

En fonction depuis novembre 2004, Janez Jansa est le premier ministre de la Slovénie; il dirige un gouvernement de centre-droit qui conduit avec succès cette petite République vers l’adhésion à la zone euro en janvier 2007. La Slovénie fête également 15 années d’indépendance. Cet évènement historique qui s’est produit le 25 juin 1991 a sonné le début de la partition sanglante de l’ex-Yougoslavie. Janez Jansa était autrefois un des leaders des pro-indépendantistes. Son pays sera également le premier parmi les 10 nouveaux membres de l’Europe des 25 à occuper la
présidence tournante de l’Union européenne, en 2008. Janez Jansa a accordé une interview exclusive à Euronews.

EuroNews:
Monsieur le Premier ministre, bienvenu sur l’antenne de Euronews. La Slovénie prendra la présidence de l’Union européenne entre deux présidences également importantes : celles de l’Allemagne et celle de la France. C’est une tâche délicate car vous allez participer au débat sur la modification de la Constitution. Comment la Slovénie se prépare-t-elle à cette échéance ?

Janez Jansa :
Je m’attends dans ce domaine à deux possibilités de différentes natures; deux alternatives. La première devrait être : comment faire pour respecter notre engagement de ratifier le traité constitutionnel dans sa totalité ? Deux membres importants comme la France et l’Allemagne ce n’est pas suffisant pour décider quelque chose et consulter les autres pays membres autour de cette décision. La situation est différente : il s’agit d’une
nouvelle géométrie, celle d’une Union européenne élargie. Donc je pense que que les grandes étapes que nous pourrons franchir dans l’avenir ne seront pas très faciles à atteindre. Par conséquent je ne formule pas de grands espoirs sur les grands changements à attendre durant notre présidence.

Euronews
Oui, d’accord mais mais comme vous le savez, exercer la présidence dans l’Union européenne c’est un peu y jouer le rôle d’arbitre. Comment comptez-vous créer le consensus parmi les Etats membres sur la question constitutionnelle pendant les 6 mois de votre présidence ?

Janez Jansa
Nous ne sommes pas neutres : la Slovénie a déjà ratifié ce traité et nous voulons que les autres le fassent aussi. Nous nous rappelons de la situation créée par le refus irlandais de ratifier le Traité de Nice : à l‘époque personne n’a dit : bon, maintenant on doit chercher d’autres solutions. Ils ont tous dit : on est persuadé que les irlandais finiront par dire oui. On doit avoir la même approche avec les Etats membres.

Euronews
Quinze ans après l’indépendance, la Slovénie va adopter l’euro mais il existe un problème concernant le double affichage des prix. A votre avis, pourquoi ce genre de problème existe ?

Janez Jansa
Nous avons besoin de contrôler les prix et surtout les petits prix qui posent des problèmes. Nous avons essayé d’apprendre des autres pays, des procédures de contrôle conçues dans les Etats oú il y a eu des problèmes de hausse des prix après l’introduction de l’euro. On ne veut pas retomber dans les mêmes erreurs. C’est pourquoi nous avons commencé à informer, éduquer et contrôler; et on ne s’attend pas à vivre une évolution majeure des étiquettes.

Euronews
On sait que l‘élargissement à l’ouest des Balkans est un objectif important pour l’Union européenne. La Slovénie est-elle prête à jouer un rôle majeur dans les discussions avec les anciennes Républiques yougoslaves ?

Janez Jansa
La Slovénie est proche de cette région, c’est la frontière de cette région. C’est donc même encore plus notre intérêt d’avoir une région stabilisée qui soit capable d’avancer vers un niveau de croissance économique significatif oú les gens sont capables de se prendre en mains.
Et comme je l’ai déjà dit, il n’y a qu’une seule alternative, c’est la perspective européenne.
Mais en même temps, on est conscients qu’il faudra digérer le dernier élargissement à 25 de l’Union européenne.
Je pense qu’on aura besoin de 5 à 10 ans pour y arriver.

Euronews
Est-ce un intérêt majeur pour la Slovénie ?

Janez Jansa
Ces pays sont importants pour nous et en même temps, si on prend nos relations commerciales avec cette partie de l’Europe on constate qu’elles ne dépassent pas 20% du total de nos opérations commerciales. Le principal marché est le marché européen. Mais d’un autre côté, 20% ça reste un pourcentage important.