DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Référendum controversé sur la Constitution

Vous lisez:

Référendum controversé sur la Constitution

Taille du texte Aa Aa

Onze semaines après les législatives qui ont porté la gauche au pouvoir, les Italiens doivent dire ce dimanche et lundi Oui ou Non à une réforme de la Constitution.

Ce référendum engage une vaste réforme des institutions italiennes. Elle a été négociée l’an dernier par l’ex-président du Conseil Silvio Berlusconi avec le parti populiste de la Ligue du Nord, un de ses alliés incontournables dirigé par l’ancien ministre Umberto Bossi. Cette révision de la Constitution accorde de larges prérogatives aux régions, premier pas vers le fédéralisme rêvé par la Ligue du Nord. Elle renforce également les pouvoirs du chef du gouvernement face au Parlement et au président de la République. Romano Prodi et la majorité de centre-gauche dénoncent une menace pour la cohésion du pays avec le risque d’un élargissement du fossé entre deux Italie, incarné par un Nord prospère tentant de faire cavalier seul et un Sud handicapé par son retard économique. Silvio Berlusconi exhorte lui les électeurs à donner une leçon au nouveau gouvernement. Cet électeur se prononce en faveur du Oui mais, dit-il, “je ne sais pas si j’irai voté j’en ai un peu marre…” Cette Romaine appelle tous ses compatriotes à se mobiliser. “Il faut voter cela nous concerne tous et j’espère que le non va l’emporter”, dit-elle. La campagne n’a pas passionné les Italiens qui ont déjà voté en avril pour les législatives et en mai pour les élections locales. Les responsables politiques craignent une forte abstention.