DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un non franc et massif au "référendum Berlusconi"

Vous lisez:

Un non franc et massif au "référendum Berlusconi"

Taille du texte Aa Aa

Plus de 61% des électeurs italiens ont rejeté le projet de réforme constitutionnelle voulu par l’ancien chef du gouvernement, Silvio Berlusconi. Une bonne nouvelle pour l’actuel président du Conseil, Romano Prodi. “En tant que majorité, notre devoir est d’entamer dès à présent un dialogue avec tous les groupes politiques, estime Romano Prodi. Nous devons travailler ensemble pour moderniser notre constitution”.

Dimanche et lundi, les Italiens étaient appelés à se prononcer sur un texte censé donner plus de pouvoirs au chef du gouvernement et renforcer l’autonomie des régions. La victoire du “non” représente un nouveau revers pour le promoteur du projet, Silvio Berlusconi, qui a convoqué une réunion de crise des membres de sa coalition, la Maison des Libertés. Roberto Calderoli, leader de la Ligue du Nord, estime que maintenant, “il faut réfléchir à ce qui s’est passé et se demander comment convaincre ce qui ont voté ‘non’ que, sans réforme, le pays va droit à la faillite”. La Ligue du Nord n’a pas exclu de se retirer de la coalition de centre-droit. Un tel retrait pourrait être fatal à Silvio Berlusconi. Celui que l’on surnomme “Il Cavaliere” risque de perdre la direction de la Maison des libertés.