DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Interrogations sur l'avenir politique des Pays-Bas

Vous lisez:

Interrogations sur l'avenir politique des Pays-Bas

Taille du texte Aa Aa

Des questions se posent en effet après la démission ce matin du gouvernement de centre-droit de Jan Peter Balkenende. Une démission provoquée par le retrait du parti centriste D66 de la coalition gouvernementale, déjà fragile, à cause d’une controverse provoquée par la ministre néerlandaise de l’immigration. Pas besoin d’en arriver là pour cette femme : “Je suis un peu furieuse. Je veux leur dire : Terminez simplement ce que vous avez commencé, et on verra l’année prochaine quel parti sera choisi pour le nouveau gouvernement”. “Ce n‘était pas nécessaire de démissionner, car je viens d’entendre la réaction de Hirsi Ali de Washington, et elle était étonnée par l’ampleur qu’a prise cette affaire qui est partie d’elle… Je pense que c’est une toute petite chose qu’ils ont rendue énorme”.

Hirsi Ali, c’est cette femme, d’origine somalienne, ex-députée néerlandaise et qui maintenant se trouve aux Etats-Unis. Ayant menti à son arrivée aux Pays-Bas sur son statut de réfugiée, elle a été vivement critiquée par la ministre de l’immigration, la populiste Rita Verdonk, qui a même voulu lui retirer sa nationalité néerlandaise. Et c’est pour protester contre ces prises de position que deux ministres du D66 ont démissionné.

Une affaire qui montre à quel point le dossier de l’immigration non-européenne est encore sensible aux Pays-Bas. Des élections anticipées pourraient à présent être organisées dès la fin de l‘été.