DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Corée du Nord, électron indomptable de l'axe du mal.

Vous lisez:

La Corée du Nord, électron indomptable de l'axe du mal.

Taille du texte Aa Aa

Kim Yong Il, “le pygmée”, comme le surnomme George Bush, est bien plus que le personnage ridicule dépeint par l’Occident, c’est un habile tacticien à l’arsenal conséquent.
Le régime dispose de missiles scud de faible portée, de rodong de moyenne portée et surtout des fameux, et inquiétants, taepodong. Le taepodong 2 peut transporter une tonne sur 6700 km, et atteindre Hawaï ou l’Alaska, Pyongyang travaillerait sur une charge moins lourde pouvant parcourir 10 000 km, jusqu‘à la côte ouest des Etats-Unis.
La question est : la Corée du Nord possède-t-elle l’arme atomique comme elle l’affirme, et si oui, est-elle capable de la miniaturiser pour la fixer sur un missile. Les experts en doutent. Pourtant depuis les années 60, Pyongyang n’a jamais vraiment cessé son programme dont on ignore presque tout.

En 1998, le pays provoque déjà une crise internationale, en lançant le taepodong première génération au dessus du Japon. Après une accalmie, survient le 11 septembre, la Corée du nord est classée dans l’axe du mal. Depuis 2003 les négociations à 6 n’ont pas abouti, et même la position du principal allié de Pyongyang est difficile, selon cet analyste.

“La Chine veut la paix dans la région pour se développer économiquement, être plus puissante, et les activités nord-coréennes rendent la situation plus difficile, et augmentent la possibilité d’une alliance Japon-Etats-Unis plus forte, avec un bouclier anti-missile commun, ce que la Chine ne veut pas. et si on se place du point de vue chinois, si on fait pression sur les nord-Coréens, le régime pourrait s’effondrer, ce que ni la Chine, ni le Japon , ni les Etats-Unis souhaitent.”

Pyongyang s’amuse des divisions latentes et des différences d’intérêt des pays de la région qui participent aux négociations multilatérales. Des négociations, dans l’impasse depuis novembre, qui ne conviennent pas à la Corée du Nord, elle préfererait des relations directes avec Washington. Ces derniers tirs sont d’ailleurs une facon de contraindre les Etats-Unis au face à face diplomatique.