DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un an après, la Grande-Bretagne figée dans la douleur et le recueillement

Vous lisez:

Un an après, la Grande-Bretagne figée dans la douleur et le recueillement

Taille du texte Aa Aa

Tout le pays a commémoré aujourd’hui le premier anniversaire des attentats de Londres, et à midi précise, ce sont les cloches de Big Ben qui ont sonné le début des 2 minutes de silence. Tony Blair a suspendu ses activités, pour se rendre à King’s Cross, l’une des stations de métro frappée ce 7 juillet 2005.

Comme le Premier ministre, des millions de Britanniques ont participé à ce moment de recueillement à la mémoire des victimes. Les quatre kamikazes en déclenchant leurs bombes ont fait 52 morts et 700 blessés. La reine, toute vêtue de noir, a participé, elle, à une messe à la cathédrale St Giles de Edimbourg, en Ecosse.

A Londres, la commémoration a débuté à 8h50, à l’heure même où les trois bombes dans le métro ont explosé, à une minute d’intervalle. Le maire de la capitale, Ken Livingstone, et la ministre de la Culture et des Sports, Tessa Jowell, ont déposé une gerbe à King’s Cross, c’est là que les kamikazes se sont séparés pour rejoindre leurs cibles. Une heure plus tard, peu avant 10h, le quatrième kamikaze se faisait exploser dans le bus à impériale n°30, ici, à Tavistock square. 13 personnes vont y mourir avec lui, 110 seront blessées.

Les auteurs des attaques étaient des Britanniques d’origine étrangère bien intégrés… Aujourd’hui la Grande-Bretagne sait qu’elle est encore sous la menace d’une attaque terroriste, venue, comme l’an dernier, de nulle part…