DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Edith Cresson reconnue coupable de favoritisme

Vous lisez:

Edith Cresson reconnue coupable de favoritisme

Taille du texte Aa Aa

C’est la fin d’un épisode noir pour la Commission européenne : Edith Cresson a été reconnue coupable de favoritisme quand elle était membre de l‘éxecutif bruxellois. La Cour européenne de justice a estimé mardi que l’ancien Premier ministre français avait enfreint ses obligations de commissaire en engageant l’un de ses proches, un emploi considéré comme fictif. Edith Cresson, commissaire à la Recherche et à l’Education entre 95 et 99, a toujours nié les faits.

C’est d’abord la presse qui l’accuse de favoritisme. Le Parlement européen s’empare de l’affaire qui devient un immense scandale. Des experts mènent une enquète et leur rapport est sans appel. Sa publication entraîne la chute de la Commission de Jacques Santer.

En revanche pas de sanction pécuniaire comme l’aurait souhaité la Commission. Edith Cresson continuera à toucher sa retraite de commissaire européenne. Les juges de Luxembourg ont estimé que sa culpabilité constituait une “sanction appropriée.”