DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Dossier nucléaire iranien : l'attitude européenne est plus "logique", selon Téhéran


interview

Dossier nucléaire iranien : l'attitude européenne est plus "logique", selon Téhéran

Les efforts diplomatiques s’enchaînent pour tenter d’arracher un résultat dans le dossier nucléaire iranien. Mais l’impasse semble perdurer. Les offres des grandes puissances ne suffisent pas, comme l’a fait comprendre mardi le négociateur en chef du nuclaire iranien Ali Larijani au micro d’EuroNews.

EuroNews : “Mr Ali Larijani qu’en est-il des offres faites par la communauté internationale? Quel est le problème avec ces propositions?”

Ali Larjani : “En fait, il n’y a pas de problèmes avec ces offres. Ce que nous voulons savoir, ce sont les objectifs qui sont derrière. S’agit-il d‘établir un objectif à long terme et une coopération? Nous devons essayer d‘ôter les obstacles de manière à accepter les propositions ou les offres comme vous le dites. Nous acceptons le principe de résoudre le problème à travers des négociations. D’autres éléments doivent être résolus pendant le cours de ces discussions”.

EuroNews : “Pourquoi affirmez-vous qu’il faut résoudre un problème, si comme vous dites l’Iran n’est pas prêt à produire une arme nucléaire?

Ali Larjani :“Notre programme nucléaire est clair. L’Iran est un membre de l’AIEA, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique et a signé le TNP, le Traité de non-prolifération nucléaire. Les inspecteurs de l’AIEA font leur travail dans nos installations. Si des pays ont des doutes sur notre programme nucléaire, nous sommes prêts à les aider à tout clarifier.

EuroNews : “Les offres qui ont été faites, pensez-vous qu’elles sont suffisantes ou vous attendez davantage?”

Ali Larjani : “Nous ne sommes pas opposés à des négociations. Nous croyons fortement que les problèmes peuvent être réglés à travers des pourparlers. On peut facilement comprendre la position de l’Iran. Nous l’avons déjà dit que l’Iran est prêt à faire des gestes pour que les négociations et les interactions constructives se poursuivent. Nous allons préparer le terrain.
S’il y a des ambiguités dans le contenu des offres, ce n’est pas important, ce point peut être réglé.”

EuroNews : “Attendez-vous des garanties des Etats-unis qu’ils renoncent à faire usage de la force contre l’Iran?”

Ali Larijani : “Ce qui est plus important que ces garanties, ce sont les positions politiques des Etats-unis dans la région. Ils devraient changer de politique. Pourquoi utilisent-ils tout le temps le langage de la force? Ils peuvent utiliser la diplomatie. Ils peuvent aussi mettre en place des politiques constructives. Leur approche radicale à l‘égard des questions régionales va aggraver les problèmes, cela peut faire augmenter le prix du pétrole, cela peut provoquer des tensions dans la région”.

EuroNews : “Pensez-vous que les membres de l’Union européenne qui participent à de telles négociations ont une attitude plus sage comparée à celle des Etats-unis, du point de vue iranien, bien sûr.

Ali Larijani : “Nous pensons que certains pays de l’Union européenne ont une approche plus logique envers l’Iran et envers son programme nucléaire. Nous pensons qu’il y a certaines capacités et des potentialités pour une meilleure coopération de part et d’autre. En ce qui concerne les capacités qui existent en Iran et celles en Europe, nous pouvons travailler ensemble de façon plus constructive. Par exemple nous pouvons fournir une sécurité énergétique à l’Europe. C’est une très bonne base pour une plus grande coopération bilatérale.

Plus d'infos:
Prochain article

interview

Taïb Fassi Fihri : "Le Maroc ne peut pas être le gendarme de l'Europe"