DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La voie ouverte vers l'OMC

Vous lisez:

La voie ouverte vers l'OMC

Taille du texte Aa Aa

A la veille de l’ouverture du G8, à Saint-Petesbourg, un obstacle de taille vient d‘être levé pour l’adhésion de la Russie à l’Organisation mondiale du Commerce. Moscou et Washington ont finalement trouvé un accord sur les services financiers, préalable à une adhésion de la Russie. C‘était l’ultime point d’achoppement qui faisait de la Russie la plus grosse économie du monde à rester encore à l’extérieur du gendarme du commerce mondial.

De quoi satisfaire cet habitant de Saint-Petersbourg, pour qui présider le G8 est déja une grande réussite pour la Russie, promue dit-il à la table des pays les plus puissants et les plus influents du monde.

L’accord porte sur les filiales étrangères. Moscou refusait bec et ongles de laisser les banques étrangères travailler directement sur son territoire sans créer de filiales de droit russe. Washington aurait donc cédé sur ce point. En échange, Moscou aurait accepté l‘établissement de succursales étrangères pour les sociétés d’assurances. Plusieurs étapes ont été franchies depuis le début des négociations d’adhésion en 1993. Mais face aux nouvelles exigences de Washington, le président russe avait recemment haussé le ton, avertissant que Moscou pourrait cesser d’appliquer les règles de l’OMC qu’elle respecte déjà si elle n‘était pas admise à en faire partie.

Un accord définitif entre Washington et Moscou pourrait débloquer plusieurs transactions en suspens. Gazprom pourrait annoncer enfin son choix de partenaires pour exploiter le gisement gazier géant en mer de Barents, auquel deux compagnies américaines prétendent. Et la compagnie aérienne Aeroflot doit aussi dire qui de l’américain Boeing ou de l’européen Airbus décrochera un contrat pour 22 long-courriers.

Dans certains dossiers néanmoins, la Russie n’applique pas les règles de l’OMC en bonne et due forme. En mars dernier, Moscou avait interdit l’importation de l’eau minérale de Géorgie après en avoir interdit les vins. Conflit politique déplacé par Poutine sur le terrain commercial.