DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de répit pour l'escalade militaire

Vous lisez:

Pas de répit pour l'escalade militaire

Taille du texte Aa Aa

Des civils, des militaires, les bombardements de la nuit ont fait près de 20 victimes au Liban. Les avions israéliens ont détruit les derniers réservoirs de kérosène de l’aéroport de Beyrouth. Ils ont également tiré au nord de Tripoli où une base de l’armée du pays du Cèdre a été détruite. Neuf soldats sont morts dans l’attaque.

Les bombardements visaient également les bastions du Hezbollah. Dans l’après-midi, c’est la ville de Tyr qui a été prise pour cible. Un missile est tombé sur un immeuble où des réfugiés qui avaient fui le sud du pays s‘étaient regroupés. 19 personnes sont mortes. La diplomatie reste pour l’instant inefficace pour endiguer l’escalade militaire. Le chef du gouvernement italien Romano Prodi s’est fait le relais entre Israéliens et Libanais hier. Avant d’appeler l’Iran pour lui demander d’intervenir pour tenter de résoudre la crise. Israël demande au Hezbollah de libérer ses deux soldats et de se retirer à au moins 20 km de la frontière faute de quoi les bombardements continueront.

Face à cette offensive plusieurs milliers d‘étrangers fuient le pays du Cèdre. Ils prennent la route en direction de Damas, la seule voie possible pour quitter un pays en proie au blocus israélien qui pourrait s’installer dans la durée.
Hier, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah a affirmé qu’il n’y avait plus de ligne rouge dans le conflit.