DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un Libanais sur cinq obligé de s'enfuir

Vous lisez:

Un Libanais sur cinq obligé de s'enfuir

Taille du texte Aa Aa

Depuis le debut des bombardements israéliens, 150 000 Libanais ont fui leur pays direction la Syrie, selon les estimations du Croissant Rouge syrien. Seule échapatoire, la frontière nord, qui compte quatre points de passage, debordés de refugiés en état de choc, comme cette femme qui crie : “J’ai quitté ma famille hier. Il y avait beaucoup de bombardements. Je n’arrive pas à croire que nous ayons réussi à partir ! J’ai le coeur qui bat, j’ai tellement peur. Je ne sais même pas où est ma famille”.

A Damas, plusieurs centres d’accueil attendent les refugiés qui n’ont pas de proches pour les recevoir de ce côté de la frontière. D’autres vont s’envoler pour des destinations plus lointaines encore, en partant de l’aeroport de la capitale syrienne. “Nous sommes arrivés tôt ce matin. On fait tout pour nous aider et grâce à Dieu, tout s’est bien passé”, explique un homme.

Mais ce n’est pas facile de gagner la frontière, surtout pour Les libanais qui résident dans le sud. Les villes et villages ont été coupés du monde par les frappes israéliennes. Dorénavant un voyage en taxi jusqu‘à Beyrouth coûte 400 dollars par passager, soit 40 fois le prix habituel. Beaucoup doivent faire le chemin a pied à travers les montagnes.
Le blocus israelien et la destruction des infrastructures a provoqué une flambée des prix. Les produits de base ont explosé : deux fois plus pour le gaz maintenant à 20 dollars soit 16 euros, 4 fois plus pour les fruits et legumes.

“Pourquoi sommes-nous ici, sans toi, sans rien, en train de vivre comme des mendiants dans les rues ? Tout ce que je veux, c’est pouvoir rentrer à la maison”, se plaint une jeune fille installée avec sa famille dans un des parcs de Beyrouth. Comme nombre de ses compatriotes, elle craint que son sort n’empire une fois tous les étrangers evacués.

Selon l’ONU, 500 000 libanais ont été contraints
d’abandonner leurs foyers depuis le début des bombardements, soit 20% de la population du Liban, qui compte 4,2 millions d’habitants.