DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Israël n'a pas atteint ses objectifs officiels

Vous lisez:

Israël n'a pas atteint ses objectifs officiels

Taille du texte Aa Aa

Tsahal le martelait : détruire le Hezbollah et récupérer ses deux soldats enlevés en juillet étaient ses objectifs . Aucun des deux n’a été atteint et le Liban, qui venait de se libérer de la tutelle syrienne, est partiellement en ruines.
Mais la démonstration de force de l‘état hébreu, dont la destruction est souhaitée par l’Iran, portera peut-être ses fruits, comme l’explique ce correspondant de la chaîne de télévision israélienne Channel 10 : “l’un des objectifs pour Israël était de reconstruire son image de dissuasion à l‘égard de ses voisins et il a été atteint jusqu‘à un certain point. Cela montre qu’enlever deux soldats israéliens ne se fait pas sans qu’on en paie le prix.”

Un prix fort, incontestablement. Beaucoup de voix se sont élevées dans la communauté internationale pour dénoncer une réaction disproportionnée d’Israël. Le bilan n’est pas encore officiel ni définitif mais les chiffres donnent le vertige :

Plus de 1000 morts côté libanais, dont une grande majorité de civils. Et environ 25% de la population déplacée plus au nord du pays ou à l‘étranger.

Côté israélien, entre 95 et 156 personnes ont perdu la vie et près de 5% de la population a été évacuée.

Difficile de mesurer pour l’instant l’impact d’un mois de guerre sur la vie économique et sociale du pays du cèdre. Les images des ravages et la liste des infrastructures et habitations détruites donnent un aperçu du goufre dans lequel le Liban plonge. Beyrouth déplore deux milliards et demi de dollars de dégâts.

29 ports, aéroports, stations de traitement des eaux et centrales électriques ont été bombardés ainsi que 900 usines, 73 ponts, 630 km de routes. Mais aussi 7000 maisons et appartements.

Destruction et blocus ont entraîné une mise au chômage technique de l’essentiel des forces de production alors que certains secteurs, comme l’agriculture, sont sinistrés dans le sud. L’afflux d’aides, notamment des pays arabes apporte une bouffée d’oxygène aux Libanais. Mais pour combien de temps?