DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La mise en place de la nouvelle FINUL dépend de la France

Vous lisez:

La mise en place de la nouvelle FINUL dépend de la France

Taille du texte Aa Aa

3.000 à 3.500 Casques bleus déployés dans le Sud-Liban d’ici deux semaines. C’est le scénario idéal souhaité par les Nations Unies, mais pas encore garanti. Pas tant que la France n’aura pas pris de décision. Son chef de la diplomatie Philippe Douste-Blazy est arrivé à Beyrouth aujourd’hui, en quête de garanties – auprès notamment du Premier ministre Fouad Siniora – sur les conditions de déploiement de la nouvelle FINUL.

Paris, qui pourrait fournir la colonne vertébrale de cette force, insiste pour que le Hezbollah se replie au nord du fleuve Litani avant l’arrivée des Casques bleus. De la décision française dépendent les contributions de nombreux autres pays. Une quarantaine seraient intéressés. L’armée libanaise a quant à elle prévu de franchir le fleuve Litani et pénétrer dans le Sud-Liban dès de demain. Elle sera épaulée par les 2.000 Casques bleus déjà présents.

Le général Pellegrini, qui assure le commandement de l’actuelle FINUL, estime à plusieurs mois le délai nécessaire avant que la force onusienne n’atteigne les 15.000 hommes prévus par la résolution 1701 du Conseil de Sécurité. L’armée israélienne en est consciente, et si elle compte toujours achever son retrait du Sud-Liban sous une dizaine de jours, elle envisage de rester plusieurs mois au voisinage de la frontière.