DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La mission de la FINUL élargie est trop floue

Vous lisez:

La mission de la FINUL élargie est trop floue

Taille du texte Aa Aa

C’est en tout cas l’avis de plusieurs Etats qui souhaiteraient participer à cette FINUL élargie. La France, notamment, attend des précisions à ce sujet. Ce qui n’empêche pas la ministre française de la Défense, Michèle Alliot-Marie, de proposer ses services : “La France est dans la FINUL actuelle depuis 1978 et nous en assurons aujourd’hui le commandement. Nous allons continuer d’assurer ce commandement, nous sommes prêts à le faire jusqu’au mois de février prochain, y compris pour la FINUL élargie”, explique la ministre française de la Défense.

L’Allemagne, qui s’est toujours tenue éloignée de l’Etat hébreu pour des raisons historiques, pourrait également participer à des missions humanitaires, par exemple. Le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung estime que “si toutes les parties le demandent, c’est à dire les Nations unies, le Liban et Israël, Berlin ne refusera pas”.

Autre candidat pour cette FINUL élargie, la Turquie. Le ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül, était en visite hier à Beyrouth. Le Brunei et l’Australie, entre autres, sont également volontaires. 15 000 hommes, dont les 2000 actuellement stationnés au sud Liban, pourraient être déployés au sud du fleuve Litani à partir de la semaine prochaine.