DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sida : la "trahison" des pays riches

Vous lisez:

Sida : la "trahison" des pays riches

Taille du texte Aa Aa

La 16ème conférence mondiale sur le sida s’est achevée vendredi à Toronto au Canada, et c’est le Mexique qui accueillera dans deux ans la prochaine conférence. Dans un discours enflammé, l’envoyé spécial de l’ONU pour le sida en Afrique, le Canadien Stephen Lewis, a accusé les pays riches de “trahir” les pays pauvres en ne tenant pas leurs promesses de financer traitements et programmes de prévention. Il a brandi les chiffres : 6 milliards et demi d’euros ont été consacrés en 2005 à la lutte contre la pandémie, mais il en faudra près du double cette année et encore plus les années suivantes…

Il a aussi dénoncé “l’inégalité de traitement entre les sexes” – ce qui lui a valu une ovation de la salle.
Car la féminisation de l‘épidémie entraîne la contamination des enfants, comme l’avait aussi souligné le milliardaire Bill Gates à l’ouverture de la conférence. Un phénomène qui touche plus particulièrement les pays pauvres, comme le Bangladesh, où sévit la prostitution. Or, le sida a tué l’an dernier 500 000 enfants. Un bilan appelé à s’aggraver…