DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La tension monte au Liban

Vous lisez:

La tension monte au Liban

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre libanais Fouad Siniora croit toujours à une chance de paix avec Israël, si l’Etat hébreu fait preuve de sagesse a-t-il expliqué.
Le Liban a haussé le ton. Il n’est plus question de tolérer des violations du cessez-le-feu. Cela concerne le Hezbollah mais également l’Etat hébreu. Beyrouth n’est plus disposé à laisser agir Tsahal comme bon lui semble sur le territoire libanais.
Le ministre libanais de la Défense a mis en garde l’Etat hébreu : “Cette fois l’armée libanaise a clairement reçu l’ordre de tirer en cas d’intrusion et si nous partons en guerre contre Israël et bien cette fois la guerre ne sera pas, comme ils disent, entre Israël et les terroristes”.
Le cabinet israélien a fait le point dimanche matin. Le chef d’Etat major a reconnu que la guerre n’avait pas permis de venir à bout du Hezbollah et qu’il faut se préparer à un éventuel second round. Une commission doit examiner la conduite de la guerre par Tsahal.
Quant au retrait des troupes, il a été ralenti. Pas question de quitter la zone frontalière tant que la FINUL élargie n’aura pas été entièrement déployée précise-t-on dans l’entourage du Premier ministre.
En France, le reste du bataillon déployé par Paris a quitté Toulon ce dimanche. L’Elysée a demandé la tenue d’une réunion urgente de l’Union européenne pour clarifier les différentes contributions à la force onusienne. “Si chacun des 25 déploie 400 hommes, la moitié de la force serait constituée” a expliqué le chef de la diplomatie française.