DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Téhéran est prêt à discuter sérieusement avec les grandes puissances mais ne veut pas cesser l'enrichissement d'uranium

Vous lisez:

Téhéran est prêt à discuter sérieusement avec les grandes puissances mais ne veut pas cesser l'enrichissement d'uranium

Taille du texte Aa Aa

L’Iran veut retourner à la table des négociations pour discuter sérieusement dès mercredi. Le négociateur iranien Ali Larijani a remis aux ambassadeurs des grandes puissances la réponse de Téhéran à leur offre visant à une suspension de son enrichissement d’uranium. Rien n’a encore filtré sur le contenu de la lettre mais jusqu‘à présent l’Iran a toujours exclu la suspension. Le conseil de sécurité a laissé jusqu’au 31 août à Téhéran pour obtempérer.

Au-delà, l’Iran s’expose à des sanctions des Nations unies comme le rappelle l’ambassadeur américain auprès de l’ONU John Bolton : “Nous allons étudier soigneusement la réponse iranienne mais nous sommes aussi préparés, si la réponse ne satisfait pas aux termes des membres permanents du conseil de sécurité, à envisager, comme nous l’avions décidé auparavant, de prendre des sanctions économiques”.

L’Iran affirme maîtriser la technologie de l’enrichissement d’uranium et estime que la question de la suspension n’a plus lieu d‘être aujourd’hui. Désormais l’Iran souhaite surtout discuter des moyens de garantir aux grandes
puissances que son enrichissement ne sera pas détourné à des fins militaires. Mais la communauté internationale manque de confiance pour le moment.

Le procédé d’enrichissement permet d’obtenir le combustible d’uranium faiblement enrichi pour une centrale nucléaire civile. Mais il suffit de le poursuivre à un taux plus élevé pour obtenir la matière première d’une bombe atomique.