DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Damas "hostile" au déploiement de casques bleus à sa frontière

Vous lisez:

Damas "hostile" au déploiement de casques bleus à sa frontière

Taille du texte Aa Aa

Une force multinationale pourrait être déployée à la frontière libano-syrienne. Un acte “hostile” selon Damas. Ce déploiement fait néanmoins partie des conditions posées par Israël pour lever son blocus maritime et aérien au Liban. L’Etat hébreu souhaite en effet empêcher l’entrée illicite d’armes au pays du Cèdre. Quelles que soient les exigences israéliennes ou libanaises, la force multinationale est loin d‘être prête. Les éventuels pays contributeurs multiplient les pourparlers. Le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, a lui accepté que l’Italie prenne le commandement de la future force internationale sous mandat onusien.

Rome devrait envoyer près de 3000 hommes au Liban. Mais comme d’autres pays contributeurs, l’Italie attend de connaître la mission exacte des 15 000 casques bleus prévus par la résolution 1701 avant d’envoyer ses soldats. Mission qui prévoit pour l’heure la protection des civils mais pas le désarmement du Hezbollah. Une réunion des ministres européens des Affaires étrangères est prévue vendredi à Bruxelles pour discuter de la contribution des 25 à la FINUL (Force des Nations unies au Liban) élargie.

En attendant, les Nations unies s’inquiètent du vide sécuritaire qui règne au pays du cèdre. L’armée libanaise ne suffira pas longtemps à contenir les tensions au sud du fleuve Litani.