DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opération séduction de la Pologne à Bruxelles

Vous lisez:

Opération séduction de la Pologne à Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Dissiper les malentendus, c’est l’objectif de la visite de Jaroslaw Kaczinski à Bruxelles. Le Premier ministre polonais a tenté ce mercredi de convaincre José Manuel Barroso, président de la Commission, qu’une Pologne homophobe et antisémite était un mythe. Histoire de rassurer l’union sur les récentes orientations choisies par le gouvernement polonais :

“J’ai dit à M. Barroso que la Pologne était une démocratie au sens le plus large du terme, explique Jaroslaw Kaczinski, et elle restera une démocratie. C’est un pays à économie de marché et nous allons travailler à consolider ce marché, pour que les changements que nous entreprenons en ce moment en Pologne ne servent rien d’autre que la démocratie, la loi du marché et à éloigner ce qui est mauvais et constitue un obstacle à notre développement.”

Ce qui est mauvais, cela pourrait être le financement des chantiers navals polonais, parmi les plus importants d’Europe, auxquels l‘état polonais verse des aides qui se chiffrent en centaines de millions d’euros. La Commission européenne doute de la légalité de ces aides et a ouvert une enquête en juin 2005, elle pourrait même obliger les chantiers à rembourser les paiements.

Autre source de tension, le gazoduc qui doit relier l’Allemagne à la Russie, et dont les travaux ont commencé. Il doit passer sous la mer baltique, et ainsi éviter la Pologne… Les relations entre Berlin et Varsovie s’en sont récemment fortement assombries.

En fait, la Pologne semble prendre à contre-courant la plupart des grandes causes européennes : Mis à part le fait qu’elle est hostile au projet de constitution européenne, elle est également le seul pays membre à n’avoir pas fixé de date pour son adhésion à l’euro. Le président Lech Kaczynski, frère jumeau du Premier ministre, a même brandi la menace d’un référendum sur la monnaie européenne à l’horizon 2010. Enfin, cerise sur le gâteau, la Pologne s’est récemment faite remarquer en adoptant des positions homophobes, antisémites ou pro-peine de mort.