DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le parlement autorise l'envoi de troupes au Liban

Vous lisez:

Le parlement autorise l'envoi de troupes au Liban

Taille du texte Aa Aa

Il y aura bien des soldats turcs dans la nouvelle Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). N’en déplaise à l’opposition et à la société civile. Réuni en session extraordinaire, le parlement a approuvé le déploiement de troupes dans le Sud du pays du Cèdre pour au moins une année. Un feu vert octroyé au prix d’un débat de près de six heures, avec quelques épisodes de forte agitation. La Turquie est en effet divisée sur la question. L’opposition et, semble-t-il, une majorité de la population, avancent deux arguments : le risque de bourbier et le fait que les soldats turcs seraient plus utiles pour mettre un terme à la rébellion des séparatistes kurdes. Mais pour le gouvernement, la participation à la FINUL permettra à Ankara d’augmenter son influence dans la région, et d‘être bien vu par l’Union européenne, qu’elle aspire à intégrer.

Du point de vue de Kofi Annan, arrivé hier en fin d’après-midi dans la capitale turque, la participation d’un pays musulman apporte un surplus de légitimité à la nouvelle FINUL : “C’est un effort véritablement international, a déclaré le Secrétaire général de l’ONU. Je crois qu’en unissant nos efforts, avec bonne volonté, raison et détermination nous pouvons résoudre ce problème”. La contribution turque ne devrait pas dépasser 1.000 hommes, essentiellement dans le cadre d’une force navale pour patrouiller le long des côtes libanaises.