DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fusion Suez/GDF : le débat parlemantaire commence

Vous lisez:

La fusion Suez/GDF : le débat parlemantaire commence

Taille du texte Aa Aa

Une bataille parlementaire inédite oppose depuis jeudi le gouvernement français et l’UMP d’un côté à la gauche de l’autre dans l’hémicycle de l’assemblée nationale à Paris. Au centre des débats : le projet de loi privatisant Gaz de France pour permettre sa fusion avec le groupe privé Suez. En schématisant : à gauche, les parlementaires craignent que la fusion Suez-GDF ne créé un poids lourd suffisamment puissant pour imposer ses prix de vente de l‘énergie. En revanche à droite, les avis rejoignent le credo du Pdg de Gaz de France Jean-François Cirelli : “ce que nous cherchons avec cette fusion qui fera suite à cette privatisation, c’est pouvoir acheter le gaz le moins cher possible pour pouvoir le vendre le moins cher possible et pouvoir garder notre client, nos clients, et aussi pouvoir leur offrir de l‘électricité et des services énergétiques autour du gaz”.

Des prix plus bas que ceux pratiqués : les 21 millions de clients du nouvel ensemble s’il voit le jour applaudiraient des deux mains. La participation de l’Etat français passerait de 80 à 34% dans Gaz de France, ce qui ne plait pas à tout le monde. Sur le bureau du président de l’assemblée nationale Jean-Louis Debré, les amendements s’accumulent : pas moins de 140.000 ont été déposés par l’opposition. C’est vrai que la privatisation de GDF risque de faire des mécontents parmi les consommateurs et les salariés du groupe.

“Alors que nous sommes rentrés dans une crise énergétique qui va durer, affirme Frédéric Imbrecht, secrétaire général de la fédération énergie CGT, nous pensons qu’il vaut mieux poursuivre l’alliance entre EDF et GDF et que l’Etat français puisse maîtriser ses approvisionnements et ses tarifs plutôt que de livrer ce grand édifice public à des intérêts privés qu’est le groupe Suez”. Qui sait de quel côté s’orienteront les tarifs de l‘énergie en juillet 2007 quand la dérèglementation des marchés de l‘énergie sera valable en Europe, également pour les particuliers.