DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les larmes de Natascha Kampusch...

Vous lisez:

Les larmes de Natascha Kampusch...

Taille du texte Aa Aa

La jeune femme a livré hier pour la première fois à la télévision un témoignage poignant sur ses 8 années de séquestration. Elle revient tout d’abord sur les circonstances de son enlèvement : “Il m’a attrapée. J’ai voulu crier mais aucun son n’est sorti. J‘étais désespérée, très énervée. J‘étais en colère contre moi-même pour ne pas avoir changé de trottoir quand je l’ai vu et pour ne pas être allée à l‘école en voiture avec ma mère”. Natascha sortait parfois de la maison avec son ravisseur mais elle n’osait pas dire aux gens qu’elle était la victime d’un kidnapping.

“Il a menacé de faire du mal aux gens si je parlais, il menaçait de les tuer ou de s’en débarrasser. Dans les magasins de bricolage, les vendeurs demandaient toujours puis-je vous aider? Et moi je me tenais là complètement intimidée, paniquée, mon coeur s’emballait et j‘étais tétanisée, incapable de faire quoi que ce soit. Et je devais me tenir là impassible pendant qu’il se débarrassait des vendeurs. J’avais à peine la chance de sourire à ces vendeurs sympathiques mais qui ne savaient rien. J’essayais de sourire comme je le faisais sur les photos pour que les gens se souviennent de mon image, car sur la plupart des photos on sourit.

Natascha Kampusch a passé la majorité de ses 8 dernières années dans ce réduit situé sous la maison de Wolfgang Priklopil. Elle s’est longtemps raccrochée à l’espoir de s’enfuir un jour. Désormais elle veut voyager, faire des études et rattraper le temps perdu avec sa famille. Son aisance et son apparente décontraction peuvent surprendre. Mais la jeune fille reste suivie par des psychologues.