DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Négociations serrées chez Volkswagen

Vous lisez:

Négociations serrées chez Volkswagen

Taille du texte Aa Aa

Les négociations qui ont débuté vendredi entre la direction de Volkswagen et les représentants des salariés de ses 6 usines en Allemagne, se sont ouvertes sur une menace de grève lancée par le syndicat ultra majoritaire IG Metall qui exige des contreparties à l’application du plan de restructuration conçu par la direction du constructeur.

“Si la voiture la plus vendue, produite par Volkswagen, perd de l’argent, Horst Neumann, le directeur des ressources humaines, alors le modèle Volkswagen est périmé. C’est ça que nous devons renouveler ensemble. Et je pense que du côté social, du comité d’entreprise et de IG Metall, on comprend cette situation difficile.”

On peut comprendre et ne pas accepter telle quelle cette situation. “Ce qu’on attend c’est des promesses concrètes du management, explique le représentant IG Metall Hartmut Meine, des promesses pour les 6 usines, pour les produits, les investissements et la rentabilité de tout ça, pour assurer un seuil non compressible de postes de travail, même au delà de l’année 2011 jusqu’oú va l’accord actuel.”

Le bénéfice net du premier constructeur automobile européen s’est redressé depuis les années 2003/2004 mais le constructeur estime que le coût unitaire du travail est trop cher dans ses usines allemandes et veut revenir aux 35 heures sans contrepartie financière contre à peine 29 heures actuellement. Le syndicat IG Metall trouve cette mesure tout à fait irréaliste et demande des garanties sur l’emploi, un interressement des salariés aux bénéfices et un engagement formel sur la production en Allemagne de nouveaux modèles. Volkswagen.