DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afghanistan : l'Otan peine à obtenir des renforts des pays membres de l'Alliance

Vous lisez:

Afghanistan : l'Otan peine à obtenir des renforts des pays membres de l'Alliance

Taille du texte Aa Aa

L’envoi de renforts alliés en Afghanistan est bien difficile à mettre en place. Aujourd’hui en Belgique les membres de l’Otan on planché, sans succès sur la question. Les appels à l’aide se font pourtant de plus en plus pressants. Les forces alliées impliquées dans l’opération Medusa depuis début septembre dans le sud font face à une résistance beaucoup plus active que prévue des Talibans, et la situation devient difficile… A Bruxelles hier, Pervez Musharraf, le président pakistanais a averti que les Talibans représentaient une menace plus sérieuse qu’al Qaeda pour la région et que leur mouvement dans leur fief de Kandahar n’avait jamais eu autant de vigueur depuis leur fuite de Kaboul en 2001.

En visite au Canada hier, l’un des pays les plus impliqués en Afghanistan, Condoleeza Rice a appelé elle même à plus d’efforts : “je sais que c’est difficile, que c’est un sacrifice, a-t-elle dit, mais si vous laissez tomber l‘état afghan dans cette zone stratégique, vous en paierez le prix”. Les troupes de l’Otan qui le paient déjà : le 8 septembre, un attentat près de l’ambassade des Etats-Unis a frappé des militaires américains, et une vingtaine de soldats alliés ont déjà perdu la vie dans l’opération en cours dans le sud afghan, d’ou le chef suprême des Talibans, le mollah Omar dirigerait lui-même la rébellion.

Des renforts souhaités, la semaine dernière, le commandement de l’Otan réclamait 2 000 hommes en plus, mais les offres tardent à venir. Ce qui est certain, des pays comme la Turquie, la France, l’Espagne et l’Italie ont fait savoir qu’ils n‘étaient pas en mesure d’envoyer des renforts en Afghanistan en raison de leurs autres engagements.