DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La baisse des cours du pétrole se confirme

Vous lisez:

La baisse des cours du pétrole se confirme

Taille du texte Aa Aa

Septième séance consécutive de baisse pour le pétrole : le niveau atteint est le plus bas depuis 6 mois pour le Brent de la mer du Nord comme pour le light crude américain. Le marché est rassuré par l’apaisement des tensions géopolitiques et ne redoute plus à court terme d’interruption d’approvisionnement du brut. Le baril de Brent qui évolue mercredi aux alentours des 63 dollars, est descendu dans la matinée brièvement à 62 dollars et 80 cents : son niveau de la fin mars. Depuis le mois de juillet au corus duquel le baril avait atteint 78 dollars et 40 cents, la baisse est de 20%. Les opérateurs des marchés pétroliers ont réagi à plusieurs informations propres à faire refluer les cours du brut.

Premièrement la proposition faite par l’Iran de suspendre temporairement son programme d’enrichissement d’uranium a rendu peu probable l’imposition de sanctions à Téhéran par la communauté internationale et donc une réduction des exportations pétrolières iraniennes en réponse à ces sanctions de l’ONU. En second – et ce ne sont pas les automobilistes qui s’en plaindront – les perspectives de la demande de pétrole ont été révisées en baisse par l’Agence internationale de l‘énergie, car la croissance économique mondiale devrait se ralentir.

Troisième point : le golfe du Mexique qui représente 25% du brut extrait sur le territoire américain a passé un été calme et le début de l’automne s’annonce également tranquille en matière d’ouragans, ce qui n’avait pas été le cas l’an passé. Mais les investisseurs restent prudents car ils s’attendent à une nouvelle perturbation de la production de brut au Nigéria : les deux principaux syndicats du secteur pétrolier ont appelé à une grève d’avertissement de trois jours contre l’insécurité et la violence dans le delta du Niger.