DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nuit de violence en Hongrie pour réclamer la démission du Premier ministre

Vous lisez:

Nuit de violence en Hongrie pour réclamer la démission du Premier ministre

Taille du texte Aa Aa

Une cinquantaine de personnes ont été blessées lors des manifestations qui ont jeté dans les rues de la capitale des milliers de mécontents. Ils ont notamment investi et saccagé le siège de la télévision nationale. La colère enfle dans le pays, depuis que le Premier ministre socialiste a avoué dimanche que son gouvernement avait menti sur son bilan pour remporter les élections d’avril. Depuis les Hongrois descendent dans la rue pour réclamer sa démission et de nouvelles élections. La capitale n’avait pas connu pareille violence depuis la chute du communisme dans les années 80.

Près de 10 000 personnes s‘étaient rassemblées un peu plus tôt devant le parlement à Budapest, alors que le Premier ministre Ferenc Gyurcsany écarte toute idée de démission. Le chef du gouvernement, rattrapé ce week-end par un scandale, après la diffusion d’un discours enregistré lors d’une réunion à huis clos du parti socialiste. On y entend Gyurcsany déclarer par exemple “ Nous mentions le matin, nous mentions le soir”, ou encore “Vous ne pouvez pas me citer une seule mesure gouvernementale dont nous puissions être fiers, si ce n’est de nous être accrochés au pouvoir”. Des propos parsemés d’obscénité que le Premier ministre, hier en Russie avec Vladimir Poutine, aura bien du mal à justifier.