DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Abbas-Haniyeh : un dialogue de sourds

Vous lisez:

Abbas-Haniyeh : un dialogue de sourds

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh est confiant. Il pense que les tractations avec le président palestinien Mahmoud Abbas, qui reprennent ce lundi ou mardi à Gaza pour la formation d’un gouvernement d’union nationale, peuvent aboutir à un accord. Il l’espère, en tout cas en public…

Seulement, il faudrait pour cela que son mouvement, le Hamas, reconnaisse l’Etat d’Israël, condition posée par le président palestinien. Or, le Hamas a tout juste la semaine dernière proposé à Israël “une trêve de dix ans”. Proposition immédiatement rejetée.

Et puis, les groupes les plus radicaux, comme le comité de la résistance populaire (CRP), ont clairement rappelé leur position. “Tout gouvernement palestinien qui reconnaîtrait le droit d’Israël à exister constituerait pour nous une cible légitime, a martelé le porte-parole du CRP, Abu Sabir. Nous le considérerions comme une extension de l’occupation sioniste et nous engagerions avec lui un combat sans merci.”

Un discours qui explique à lui seul le pessimisme du président Abbas : “Malheureusement, nous sommes revenus au point zéro”, a-t-il expliqué après avoir rencontré son homologue égyptien Hosni Moubarak.