DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : les compagnies pétrolières étrangères sont toujours sous pression

Vous lisez:

Russie : les compagnies pétrolières étrangères sont toujours sous pression

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs compagnies pétrolières occidentales sont toujours dans le collimateur des autorités russes, dont certaines opèrent sur l’ile de Sakhaline dans l’est de la Russie près du Japon. Moscou leur reproche de ne pas obéir à la règlementation sur l’environnement figurant dans les contrats signés avec l’Etat russe. Mercredi le président russe Vladimir Poutine qui s’entretenait avec le ministre des ressources naturelles, a averti les compagnies en question : “je compte sur le ministère des Ressources naturelles et sur le gouvernement a-t-il dit, pour prendre des mesures contre les compagnies qui ne travaillent pas consciencieusement ou qui ne remplissent pas les conditions fixées par les accords de licence.

Le ministre des Ressources naturelles a menacé mardi de stopper l’exploitation de Sakhaline 2, le gigantesque projet pétrolier et gazier piloté par le groupe anglo-néerlandais Shell si celui-ci ne respecte pas les règles environnementales. Il a également annoncé des vérifications sur le gisement exploité par le français Total dans le grand nord russe.

Des soupçons pèsent sur les motivations de Moscou qui selon certains analystes souhaiterait ni plus ni moins remettre la main sur ces ressources pétrolières dont les contrats d’exploitation ont été négociés à un moment où les prix du brut étaient beaucoup plus bas qu’aujourd’hui.