DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vladimir Poutine fait monter la pression d'un cran dans la crise avec la Géorgie

Vous lisez:

Vladimir Poutine fait monter la pression d'un cran dans la crise avec la Géorgie

Taille du texte Aa Aa

L’escalade verbale continue entre la Russie et la Géorgie, empêtrées dans la crise diplomatique la plus grave depuis dix ans, autour d’un scandale d’espionnage. S’exprimant pour la première fois sur le sujet, le président russe Vladimir Poutine a comparé les autorités géorgiennes à la dictature stalinienne :
“C’est un signe de l’héritage politique de Laventri Pavlovitch Béria, dans la politique intérieure géorgienne et dans sa politique extérieure”, a-t-il déclaré.

Béria dirigeait la police secrète sous Staline, responsable de la déportation et de l’emprisonnement de millions de Soviétiques.

Moscou conteste l’arrestation mercredi à Tbilissi, et la mise en détention préventive de quatre officiers russes accusés d’espionnage. De son côté la Géorgie accuse son voisin de soutenir l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, régions aux vélléités séparatistes.

Une escalade qui commence à inquiéter une partie de la population géorgienne. Certains souhaitent qu’un accord soit trouvé afin d‘éviter d’autres confrontations.

Après des appels à la désescalade des Etats-Unis et de l’Otan, c’est l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui a appelé les deux voisins à s’abstenir de toute provocation et engager un dialogue vers une issue pacifique.